AGENDA

GHOSTS von Azra Deniz Okyay
Kinostart: 21. Oktober 

Spezialvorführungen mit der Regisseurin: 
19. Okt. um 20 Uhr: Kino Rex Bern, Orient Express Film Festival 
20. Okt. um 18 Uhr: Statdkino Basel, mit Filmexplorer 

21. Okt. um 20:00 Uhr: Kinok, Cinema in die Lokremise, St.Gallen
22. Okt. um 21:00 Uhr: RiffRaff Kino/Bar Zürich 
23. Okt um 20:15 Uhr: Kino Cameo Winterthur 

Avant-prèmieres en présence de la réalisatrice: 
25 oct., 20h: Cinélux Genève, avec #cine
26 oct., 20h: CityClub Pully avec #cine
27 oct., 20h: Cinepel Neuchâtel  avec #cine
28 oct., 20h: Centre ABC La Chaux-de-Fonds 

“Provokativ wie Punk und intensiv wie Hip-Hop wirbelt « Ghosts » in einem explosiven und collagenhaften Helldunkel die Regeln von Fiktion, Doku und Videoclip zu einer neuen Harmonie durcheinander. Wo Grenzkriege, Migrationskrise und rasante Gentrifizierung aufeinanderprallen, setzt Azra Deniz Okyay auf die Kraft des Kinos, um ein wenig Licht in dieses Istanbul zu bringen, das gerade dabei ist, zu seinem eigenen Phantom zu werden. “Ich habe keine Angst, all das zur Sprache zu bringen und setze dafür meine ganze Energie ein” BRUZZ.BE

« Ghosts possède l’un de ces titres brillamment métaphoriques. Ce film, dénué d’éléments surnaturels, aborde une actualité brûlante, et pourtant le titre évoque parfaitement le ton du film, dépeignant un monde souterrain dans lequel gravite une génération perdue de jeunes Turcs. Ce premier long-métrage a remporté le premier prix de la Semaine internationale de la critique à Venise 2020. » Cineurope 

MON LÉGIONNAIRE
Séances en présence de la réalisatrice:
7 oct. à 20h: Les Cinémas de Grütli, Genève
8 oct. à 20h: Cinéma Cityclub, Pully 

 » Comment gérer sa vie amoureuse et l’absence de l’autre lorsqu’on est soldat ou femme de soldat? C’est cet aspect précis qu’a décidé de traiter Rachel Lang avec «Mon légionnaire». Un récit inspiré de son vécu, puisque la réalisatrice a elle-même été membre de l’armée. Ina Marija Bartaité et Alexander Kuznetsov forment un couple, Camille Cottin et Louis Garrel un autre. Faisant fusionner docu (passionnant, le fonctionnement de la Légion étrangère et du club des épouses!) et fiction, ce film plein d’humanité mêle pudeur et grande sensibilité. Note: ***  » 20 minutes online

FIRST COW
« Sneaky Sunday » Vorpremiere, RiffRaff Kino Zürich, 18. Juli um 21:00
Jetzt reservieren 

Startdatum: 22. Juli 

« Punktlandung…Ein fesselnder, eindrücklicher, kunstvoller Film. » – The Telegraph  

« Mit wunderschöner Schlichtheit gefilmt ». – The Guardian  

« Herrlich. Ein verführerischer Blick in eine ferne Welt ». – Time Out

« Kelly Reichardt, die für ihre langsamen und poetischen Inszenierungen bekannt ist, nimmt diese in ihrer Einfachheit umso originellere Geschichte zum Anlass, von den Möglichkeiten des Andersseins in einer unwirtlichen Gegend zu erzählen. » – NzzamSonntag

« Die mit einem Augenzwinkern erzählte, schlicht inszenierte Geschichte hat besondere gesellschaftliche und politische Bedeutung für die Gegenwart. » – Maximum Cinema

FIRST COW
Actuellement en salles en Suisse romande 

Lien vers les séances  

Bande annonce 

« Une cinéaste rare et précieuse travaillant à la construction d’une œuvre prenant le contrechamp de la mythologie américaine. »
Le Temps

« Au travers de leur parcours, Cookie et King-Lu représentent à eux seuls l’évolution d’une civilisation dans son rapport à la nature. D’un état quasi primitif, ils se déconnectent gentiment – et paradoxalement « naturellement » – de la terre jusqu’à y retourner définitivement. Ni l’avidité ni la transformation sédentaire ne sont blâmées, First Cow parle d’une évolution inévitable, d’un lien à la nature perdu d’avance et d’une humanité qui n’a plus que l’amitié pour connaître la transcendance. Appartenant à un cinéma de la patience, de la texture et, forcément, de la contemplation, Kelly Reichardt vient peut-être de livrer la plus subtile des fables écologiques. Sans morale et sans militantisme, elle frappe infiniment plus fort que n’importe quel projet lavé au vert. »
Filmexposure

« Il ne faut pas rater ce film. »
Tribune de Genève

« C’est un film magnifique », « Un film extraordinaire »
Débat cinéma, RTS, 12 :45

« Avec ses personnages exclus du système économique, le cinéma de Reichardt interroge les façons d’habiter ou d’arpenter une Amérique désertée par ses mythes fondateurs et confrontée à l’épuisement de ses récits providentiels. Sans doute lui doit-on avec First Cow le plus beau film de 2020 » 
Le Monde

« La cinéaste américaine s’intéresse à la délicatesse des hommes, à l’amitié masculine lorsqu’elle est débarrassée de toute forme de compétition virile. First Cow est donc un western dont les héros préfèrent la pâtisserie à la bagarre. Ils ne sont pas là pour conquérir mais pour trouver la paix ; ils ne voient pas la nature comme un espace à posséder mais comme une réserve d’odeurs et de goûts. »
 Libération

GARÇON CHIFFON
Jetzt im Kino 

Vorstellungen 
Bande annonce

LES RIVIÈRES
En ligne sur Filmingo

Lien vers le film
Bande annonce 

IL MIO CORPO
En ligne sur Filmingo

Lien vers le film
Bande annonce 

LES ENFANTS D’ISADORA
En ligne sur Filmingo

Lien pour le film 
Bande Annonce

MON COUSIN ANGLAIS
En ligne sur Filmingo
Lien pour le film 
Présentation du film et discussion avec le réalisateur

« Pour un peu nous voici dans le dernier film de Ken Loach… à ceci près qu’il s’agit du documentaire de Karim Sayad, réalisateur suisse et algérien à qui l’on doit notamment Des moutons et des hommes (2017). Dans Mon cousin anglais, il colle littéralement au corps de son proche parent dont la personnalité pataude, égarée et peu à peu sympathique sert de porte d’entrée à un portrait de famille et à une réflexion sur l’exil. « 
Article sur Le Courrier 

« Mon cousin anglais c’est l’histoire d’un homme qui rêvait d’une vie meilleure, loin du bled, mais va après dis-sept ans d’exil se demander s’il ne serait pas plus heureux dans son pays natal. Fahed a beaucoup travaillé mais peu gagné. Il est arrivé en Angleterre après des années de thatchérisme, estime que Tony Blair avait au moins l’air de se préoccupé des pauvres. Mais sa vie ne lui convient pas, ce qui offre à Karim Sayad l’occasion d’un beau portrait inversé – celui d’un exilé qui veut rentrer plutôt que d’un homme qui rêve de partir. »

WAY BEYOND
À Vison du Réel, avril 2021

Info ventes internationales
En salle, automne 2021

« But if you go for that scenario, you’ve got to have a visionary thing, that’s say, it’s way beyond what we’ve done before. »