Sister distribution
posterTAKARA, LA NUIT OÙ J'AI NAGÉ

TAKARA, LA NUIT OÙ J'AI NAGÉ

Un film de Damien Manivel et Kohei Igarashi
France, Japon - 2018 - 79'
SUISA 1013.343

Les montagnes enneigées du Japon. Comme chaque nuit, un poissonnier se rend au marché en ville. Réveillé par son départ, son fils de six ans n’arrive pas à se rendormir. Dans la maison où tout le monde dort, le petit garçon fait un dessin qu’il glisse dans son cartable. Le matin, sa silhouette pleine de sommeil s’écarte du chemin de l’école et titube dans la neige, vers la ville…

« Les cinéastes observent, avec une attention minutieuse, ce corps enfantin, doté d’une mo­bilité imprévisible, certes empotée, mais néanmoins inventive, source infinie de figures et d’attitudes poétiques. L’enfant est cet être toujours nouveau, dont les gestes ont la primeur de celui qui s’invente un rapport au monde et au langage. »
— Mathieu Macheret - Le Monde

« Ainsi, l'art minimaliste de Manivel et Igarashi confine ici à la miniature, détaillant patiemment, plan par plan, un Japon à hauteur d'enfant, discrètement hanté par les films d'Ozu, le plus grand des cinéastes miniaturistes. »
— Marcos Uzal - Libération

Avec Takara Kogawa, Keiki Kogawa, Takashi Kogawa, Chisato Kogawa

Scénario Damien Manivel et Kohei Igarashi Image Wataru Takahashi
Son Jérôme Petit et Gen Takahashi Montage William Laboury Musique Jérôme Petit Production Damien Manivel, Martin Bertier et Makoto Oki

Note des réalisateurs

Nous nous sommes rencontrés au Festival de Locarno où nous présentions nos premiers longs-métrages respectifs, nous avons tout de suite parlé de cinéma et sommes devenus amis malgré la barrière de la langue. Quelques mois plus tard, nous avons décidé de faire un film ensemble au Japon. Damien voulait filmer la neige, et, Kohei, travailler avec un enfant. Nous sommes donc partis en repérage dans la région la plus enneigée du Japon, à Aomori, et y avons fait la rencontre d’un garçon de six ans, Takara. Ce qui nous a bouleversé chez lui, c’est son mélange de fantaisie et de tristesse, sa sincérité à toute épreuve... Dans la vie, son père est poissonnier et le petit garçon l’entend se lever chaque nuit pour partir au marché. Quand il rentre de l’école, son père dort. Ils se voient donc très peu. Nous avons tâché de raconter ce sentiment complexe d’amour et de distance, dans les pas de Takara.

Damien Manivel et Kohei Igarashi