Sister distribution
posterDRIVE MY CAR

DRIVE MY CAR

Un film de Ryûsuke Hamaguchi
Japon - 2021 - 178'
SUISA 1015.749
Date de sortie: 22.12.2021

Alors qu’il n’arrive toujours pas à se remettre d’un drame personnel, Yusuke Kafuku, acteur et metteur en scène de théâtre, accepte de monter Oncle Vania dans un Festival, à Hiroshima. Il y fait la connaissance de Misaki, une jeune femme réservée qu’on lui a assignée comme chauffeure. Au fil des trajets, la sincérité croissante de leurs échanges les oblige à faire face à leur passé.

Fribourg

16.12.21 - 19:00, Cinemotion Rex
Une affiche collector du film sera offerte aux spectateurs dans la limite du stock disponible.

La Chaux-de-Fonds

16.12.21 - 17:00, ABC
Une affiche collector du film sera offerte aux spectateurs dans la limite du stock disponible.

Lausanne

16.12.21 - 18:00, Pathé Les Galeries
Une affiche collector du film sera offerte aux spectateurs dans la limite du stock disponible.

Neuchâtel

16.12.21 - 18:30, Cinéma BIO
Une affiche collector du film sera offerte aux spectateurs dans la limite du stock disponible.
31.01.22 - 01:00, Cinéma BIO
Une affiche collector du film sera offerte aux spectateurs dans la limite du stock disponible.
27.02.22 - 01:00, Cinéma BIO
Une affiche collector du film sera offerte aux spectateurs dans la limite du stock disponible.
28.02.22 - 01:00, Cinéma BIO
Une affiche collector du film sera offerte aux spectateurs dans la limite du stock disponible.

« Attention, œuvre majeure. Le motif du faux road-movie se déploie comme une ondulation, une série de vagues que doivent traverser les deux personnages. On en ressort chancelant de bonheur, en priant de découvrir semblable film chaque semaine. »
— Pascal Gavillet - Tribune de Genève

« Drive My Car vibre intensément de tout ce qui affleure. »
— Mathieu Loewer - Le Courrier

« Prix du scénario à Cannes alors qu'il aurait mérité rien moins que la Palme d'Or, Drive My Car confirme l'avènement d'un nouveau maître japonais. D'une nouvelle de son compatriote Murakami, étirée et amplifiée, Ryusuke Hamaguchi a tiré une forme de chef-d'œuvre qui allie le meilleur de la littérature et du cinéma. Ne surtout pas hésiter à s'embarquer pour les trois heures de ce voyage en voiture! Franchement, on ne voit pas qui pourrait le regretter, ne pas sortir de Drive My Car profondément remué, en tous les cas enrichi. »
— Norbert Creutz - Bon pour la tête

Avec Hidetoshi Nishijima, Tôko Miura, Masaki Okada, Reika Kirishima, Park Yurim,
Jin Daeyeon

Scénario Ryûsuke Hamaguchi et Takamasa Oe Image Hidetoshi Shinomiya
Son Izuta Kadoaki et Miki Nomura Montage Azusa Yamazaki Musique Eiko Ishibashi Production Teruhisa Yamamoto

Note d'intention du réalisateur

Il y a trois raisons pour lesquelles j’ai voulu faire un film d’après la nouvelle d’Haruki Murakami, "Drive My Car". La première est qu’elle met en scène deux personnages intrigants, Kafuku et Misaki. Et que leurs interactions se déroulent dans une voiture. Ces descriptions ont ravivé mes propres souvenirs de conversations intimes qui ne peuvent naître que dans cet espace fermé et mobile. Puisque c’est un espace en mouvement, c’est en quelque sorte nulle part, et il y a des moments où cet endroit nous aide à découvrir des aspects de nous-mêmes que nous n’avons jamais montrés à personne, ou des pensées que nous ne pouvions pas mettre en mots auparavant.

Ensuite, l’un des thèmes de la nouvelle est l’art dramatique. Jouer, c’est avoir de multiples identités, ce qui est pour ainsi dire une forme de folie socialement acceptée. En faire son métier est évidemment éprouvant, et provoque même parfois des crises personnelles sérieuses. Mais je connais des gens qui n’ont pas d’autre choix que de le faire. Et ces personnes qui jouent pour gagner leur vie sont en fait guéries par cette folie, ce qui leur permet de continuer à vivre. Considérer le métier d’acteur comme une "façon de survivre", est quelque chose qui m’intéresse depuis longtemps.

La dernière raison tient au personnage ambigu de Takatsuki et à la façon dont l’auteur fait entendre sa "voix". Kafuku est pratiquement certain que Takatsuki a couché avec sa femme peu de temps avant qu’elle ne meure et il estime que "c’était un acteur de seconde zone". Mais un jour, Takatsuki révèle le "point aveugle" de Kafuku. «Si nous voulons vraiment voir l’autre, nous n’avons d’autre moyen que de nous plonger en nous-même» dit-il, et si ce commentaire assez stéréotypé dévaste Kafuku, c’est parce qu’il sent intuitivement qu’il s’agit d’une "vérité" qu’il n’aurait jamais pu atteindre par lui-même - "Ses mots venaient de l’âme, sans fard. En tout cas, il était manifeste qu’il ne jouait pas."

J’ai pensé : "Je connais des voix comme celle-ci. J’en ai déjà entendu dans la vraie vie." De plus, je sais qu’une fois qu’on a entendu une voix comme celle-là, on ne peut plus être le même qu’avant, et qu’on est obligé de répondre aux questions formulées par cette voix. La nouvelle ne s’étend pas sur ce qui s’est passé ensuite - moi, j’estimais que la réponse de Kafuku méritait d’être montrée.

Lorsque j’ai commencé à travailler sur l’adaptation de cette nouvelle riche en éléments aussi fascinants, mon objectif était de laisser ces questions et ces réponses se dérouler à la façon d’une chaîne de "voix" apportant la vérité, comme dans la nouvelle, pour finir par la réponse de Kafuku. Il s’agissait aussi de créer pour les spectateurs une expérience qui leur permette de ressentir continuellement, intuitivement, la vérité à travers la fiction qui se joue.

Le film Drive My Car y parvient-il ? Je ne sais pas. Je pense qu’il faudra du temps pour répondre à cette question.

Ce que je peux dire à ce stade, c’est que le temps que nous avons passé à filmer cette œuvre a été joyeux. Tous les personnages - à commencer par Kafuku, interprété par Hidetoshi Nishijima - expriment une douleur, mais ce que j’ai ressenti chez tous les acteurs sur le plateau, c’est le plaisir de jouer. Qu’est-ce que la caméra en a tiré ? J’ai sincèrement hâte de voir comment le public réagira à ce film et comment il l’interprètera.

Ryûsuke Hamaguchi